lundi 19 octobre 2009

Post coïtum omne animal triste est

"Le week-end fut excellent". Ça fait des lustres que je n'ai pas écrit un truc pareil. J'ai répondu ces quatre mots à celui qui innocemment, venait prendre de mes nouvelles. Je me suis arrêtée là, mais voilà ce que j'aurai pu écrire derrière.
Je suis dans un état bizarre, une sorte de torpeur, mêlée de spleen et de peur. La cigarette de onze heures a été un calvaire. Paroles de business-men où je ne comprenais rien, tête ailleurs, pieds enlisés dans une terre meuble, à me demander où je pourrais bien être ailleurs, ou alors à me demander où je pourrais être bien, ailleurs. Je suis dans une sorte de torpeur qui n'a rien à voir avec l'état cotonneux de plénitude de ces dernières heures, quand la météo est calée sur le bleu, quand on a plongé dans le beau, nagé dans le chaud. J'avale ce matin un cocktail amer de mollesse, de spleen et de peur. Pour la première fois de ma vie, j'ai le post coïtum destructeur. Je voudrais dormir, moi qui ne dors jamais, me réveiller et que rien n'ait existé. Je relis ses mots : "Je n'aime pas le passé : Il n'est pas modifiable. Je n'aime pas le futur : Il n'est jamais certain. Je n'aime pas le présent : Tu n'es pas entre mes bras." Ils résument l'état dans lequel je me sens. Pas de passé, pas de présent, pas de futur. C'est le néant. En résumé, un trou noir qui absorbe ma volonté, mon énergie vitale. Je voudrais m'endormir à l'instant, me réveiller et que rien n'ait existé. Ce matin, je suis dans une sorte de torpeur et j'ai peur...

8 commentaires:

VéroPapillon a dit…

Ben non, hein ! Tu vas pas chercher des poux là où il ne doit pas y en avoir ! ;o))
(bon ça m'énerve spotify, toujours pas réussi à le télécharger !! suis sure qu'ils sont vachement bien les morceaux ;o(((


@jeff : ben, t'es toujours alive ???

P_o_L a dit…

@ Véro
Clique sur les images ! J'ai fait exprès de mettre deux liens pour les blondasses dans ton genre. :p
Pour le reste, je fais ce que je veux, avec mes cheveux (les poux, la blonde... Je précise maintenant au cas où tu ne vois pas le rapport !)

Deftones75 a dit…

toi, tu files un très mauvais coton... (moi aussi d'ailleurs, j'ai encore mangé des chipos ce soir :(

Bougrenette a dit…

Et ça serait si simple, de pouvoir gommer ce qui nous pose problème, mais ce n'est finalement pas la solution, d'façon ce n'est pas possible, alors faut continuer à courir après le bleu du ciel.

Dana a dit…

Par contre, je constate qu'il retrouve son latin après : )

simon a dit…

...oui mais, "le week-end fut excellent", non ? :-)

Ca sonne 'ach'ment bien "post coïtum destructeur", toutes ces voyelles qui claquent...
A cette image, il y a par moment une belle rythmique dans ce texte, une dynamique, qui finalement tranche avec l'état décrit me semble-t-il, et ça marche bien.

VéroPapillon a dit…

Cool, j'ai réussi pour la zik, une inspiration divine sans doute ! Il y a plein de trucs que j'ai pu enregistrer !

Eh toi...! Tu vas le vivre ce truc cool, OUI !

Bises de papillon (dirais bonjour à l'étang de ta part ;o)))

P_o_L a dit…

@ Deftones75
oui, c'est clair. Heureusement que je n'aime pas les chipos, sinon je filerai la quenouille entière...

@ Bougrenette
Je n'ai jamais aimé le marathon, alors courir oui, mais vais-je tenir la distance ? Hmm, j'en doute.

@Dana
:) Normal, j'ai passé le Concours Général !

@ Simon
Ah, enfin un qui tilte sur la seule phrase de ce texte qui me plaisait assez pour que je le publie :)
L'état décrit était réel, mais davantage induit par trop de sommeil, plutôt que par le week-end en lui-même qui fut en effet, excellent!
Merci de vos compliments Simon.

@ Véro
T'es pas encore partie ?! Laisse l'étang tranquille ! ;)

Enregistrer un commentaire